The mouse, childbirth and other bad dreams

pregnant woman in labor calling hospital

Sophie Heine

You know how sometimes, when you are pregnant, you have these very weird dreams that wake you up every two hours? Well, last night was one of these nights, not helped by the fact that my three years old woke me up as well. In any case, I dreamt that I was a member of the harry potter crew, probably the girl, but I’m not sure…After a few dark adventures, we ended up in a house that seemed a little strange. It was built like a doll house and had all these little rooms and compartments, with mazes, swings and wooden boxes. After a while, I realised what it reminded me of: it was like being in the cage of a mouse, gerbil or hamster. We wandered around for a while and, in the end, met the lady of the house: an actual mouse. Except that it was taller than all of us and dressed like a woman. The mouse seemed nice and friendly but, you know, she was a bit scary being a mouse and all that; Nonetheless we still had a polite conversation. Then one of us, I think it was the ginger boy, somehow smelled the danger and told us we had to escape or neutralise her. Swiftly he put handcuffs on the mouse. But she started pleading and crying and, to be honest, she didn’t look that scary anymore, so we decided to let her go before leaving the house. Unfortunately, the ginger boy had been right to be afraid: the mouse caught each one of us and put us in separate rooms; those were actually chambers of torture. I won’t tell you the details but we were pretty badly hurt. I don’t know how the dream ends because, fortunately, I was woken up by my eldest daughter who was getting ready for school.

During the hours that followed that dream, the only thing on my mind was the trauma and torture of childbirth. Our subconscious does have very surprising ways of rising memories to our consciousness. The mouse was an analogy to the medical staff (she was even dressed in white), the rooms were all the different rooms on a maternity floor, some of them with the weirdest instruments supposed to help you give birth such as swings and the likes, and the torture was, well, the actual suffering of childbirth. There was also the difficulty knowing whether the giant mouse was good or bad, exactly like the midwifes and consultants “looking after” you during labour.

They seem competent, they talk politely and calmly and they even smile a lot. But they will send you back home three times and wait for your waters to break in a corridor before giving you a room. Then when the pain comes, they suddenly become oblivious to anything you ask them: you could be begging for an epidural,  even long after your cervix is at the right stage and the labour is not going fast, and they would still look at you placidly and with a rigid smile, telling you that,  unfortunately, they are no available anaesthetists at the moment but that they will keep ringing one (yes ringing one!!!). You keep yelling or even vomiting out of pain, with a cleaner tidying the mess behind you, and still, no painkiller. You are swearing and begging, your partner is asking more politely : still nothing. But oh yes, they do offer you parecetamol…Paracetamol!!! When they first mentioned it, I thought that was a joke. As if that could do anything to alleviate the harshest pain of childbirth. A bit like those odd positions they tell you to be in and that absolutely do not change anything.

One of those super nurses will come to you, flushed and happy to have finally found a solution other than telling you to breather and relax (relax??? How can you relax when what you feel is the equivalent of a hundred knives penetrating your entire body every few minutes?): they have the gas and air! You’ve heard about it. A woman you know said it was wonderful. These women who claim to have felt nothing or have even enjoyed childbirth do exist but, really, I wonder if they haven’t been brainwashed too or maybe paid to spread such lies. Your clouded brain tries to remember what it does, your partner immediately approves, eager for you to not keep looking as if you were dying on a battlefield. They take you to yet another room in a wheel chair, while you are still yelling and crying, and provide you with the famous gas and air, telling you to breathe in deeply. But to your dismay, this does nothing, literally nothing, to reduce the pain: the only thing it achieves is to make you scream less loudly and to deform your face, a bit as if you were too drunk to strain your features, so much so that your partner actually thinks, now, you might actually be dying. But the calm midwife reassures him: everything is fine, she is saying.

Fine… Seriously? The pain is excruciating and when you think you cannot take it anymore, after about twenty hours of labour, your saviour arrives with the only efficient painkiller for childbirth suffering: namely, the epidural. After a few minutes, the product is working and you simply cannot believe it: there is nomore pain at all! You feel normal again, like yourself, like a human being. You sit and relax on the hospital bed, your face finally a bit less scary, and your partner looks at you with intense relief in his eyes. Yes, you are ok, you are not dead. That wonderful , amazing drug has got rid of the pain. Certainly, the rest of the delivery might still be tricky but you are not suffering anymore.

One of the ironies is that, in the British NHS, most midwives looking after women in labour are women, while most anaesthetists are men: the former tend to scare women about epidurals and try to convince them to do it the “natural way”, whereas the latter believe in medical progress and would clearly prefer if most women could avoid such a useless amount of suffering.

Is it that these midwifes have never given birth themselves? Or do they follow a special course on how suffering is actually good for you, just because you are a woman? Or is just that this brainwashing is done in order to save the costs of too many very skilled anaesthetists?

For someone who has undergone two different births – one in Brussels with the epidural very fast and the pain and “natural” way only at the very end and then well, the physical and psychological torture in the NHS I have just recently talked about – all the stories we are told on how the epidural might be bad for you and the baby because it might be slowing down childbirth seem like total rubbish: you can have a slow labour with or without an epidural. You can have a baby that does not come down because of its size, the shape of your pelvis or both. And you can risk a caesarean because the baby’s heart is in distress with and without an epidural. You can also have forceps and other complications with or without that drug. In my opinion, the tendency to go back to more “natural deliveries” is mainly due to a lack of staff and resources and is extremely damaging to mother’s mental and physical health.

I was lucky enough to get out of the hospital more or less fine and with a healthy baby in my arms. But not that lucky that, in the NHS, you spend the night on a ward, like an animal, with tens of other mothers and babies, only separated by curtains; not lucky either that, in the NHS, you get literally kicked out of your hospital bed after twenty four hours (I will not call it a room because it is not; again, only a curtain separates you and your fellow new mothers). Certainly, I was healthy and my baby was as well. However, what about the trauma endured by such a painful and humiliating labour? During which my suffering was discarded, I was not given a room, lied to, denied a basic epidural clearly written on my “birth plan”, moved from rooms to rooms or, in other words, not taken into account as a proper human being?  

A lot of women bury the trauma of these deliveries deep inside their brain. Some of them will refuse to have too many kids because of that trauma and many remain passive, they neither complain nor sue the medical staff. The truth is: most women who have endured a trauma due to childbirth feel totally helpless about it. Very few people in our supposedly advanced societies seem to consider it abnormal that women still have to suffer that much to give birth to other human beings. In an age where we have medical treatments for nearly every possible condition and where pain is almost always considered a bad thing, why is it still accepted and even encouraged for women giving birth? It is time to recognise that this situation is not acceptable anymore and for the topic to be tackled by pro-women and progressive organizations.

Pourquoi les Excuses en politique sont-elles si rares?

Interview pour le magazine Elle (Questions de Anais Guillon), 26 mars 2021.

https://www.elle.fr/Societe/News/Pourquoi-les-excuses-en-politique-sont-elles-si-rares-3921995

Mercredi, Angela Merkel présentait ses excuses au peuple allemand après avoir décidé un confinement strict pour Pâques. Un mea culpa remarqué, et pour cause : présenter ses excuses en politiques n’est pas chose courante. La politologue Sophie Heine nous explique pourquoi. 

En Allemagne, Angela Merkel a présenté mercredi ses excuses à ses concitoyens après l’annonce mal-reçue d’un confinement pour Pâques. Quelques heures plus tard, Emmanuel Macron a, quant à lui, évoqué à la télévision grecque une « erreur collective » de l’Europe dans la vaccination. Depuis, le président français a néanmoins affirmé qu’il n’avait « aucun remords » sur les politiques mises en place pour gérer l’épidémie du Covid-19. Des stratégies de communication décryptées par Sophie Heine, politologue, auteure* et consultante. 

ELLE. Le mea culpa est rare en politique. Or, mercredi, deux gouvernants ont reconnu des erreurs. Pourquoi ? 

Sophie Heine. Il est toujours difficile pour les politiciens de reconnaitre leurs fautes car ce serait « tendre le bâton pour se faire battre ». En général, les hommes et femmes politiques de l’exécutif adoptent des stratégies qui visent à les dédouaner de toute responsabilité, afin de garder leur popularité et, idéalement, de rester au pouvoir.  

En démocratie représentative, les acteurs gouvernementaux ont une légitimité populaire qui devrait normalement garantir que les politiques qu’ils mettent en œuvre coïncident avec ce qu’ils ont promis dans leurs programmes et discours électoraux. Mais en période de crise, ce système est fortement chamboulé car des décisions sont adoptées sans passer par des élections ni même par l’approbation du Parlement. Cela crée une méfiance généralisée de la part de la population. Et quand ces décisions sont considérées comme inadéquates, comme cela a été le cas dans la plupart des pays européens depuis environ un an, la crise de légitimité peut devenir profonde. Cela peut pousser les gouvernements à changer leur stratégie et accepter de reconnaitre des torts dans les politiques mises en œuvre. 

ELLE. D’un côté, Angela Merkel a admis une « erreur » personnelle. De l’autre, Emmanuel Macron a parlé d’une « erreur collective » de l’Europe. Que révèlent ces stratégies de communication diamétralement opposées ? 

S.H. S’ils ne l’ont pas fait de la même façon, Angela Merkel et Emmanuel Macron ont tous les deux accepté de voir les loupés des politiques menées. Admettre qu’il y a eu des erreurs dans la gestion de cette crise sanitaire, notamment sur la question des vaccins, est une stratégie qui peut payer politiquement en période de crise. Cela peut montrer le côté humain des politiques.  

Le fait que Merkel ait évoqué une « erreur » personnelle plutôt qu’une « erreur collective » relève d’un choix stratégique particulier : elle souhaite jouer sur l’empathie des citoyens allemands pour sa personne. Tandis que Macron, en cohérence avec son approche européenne plus large, veut insister sur la nécessité de répondre de façon collective à cette pandémie, notamment par une politique de vaccination commune et la mise en place de règles communes pour faciliter la circulation au sein de l’Union européenne via un passeport sanitaire. 

ELLE. Depuis, Emmanuel Macron a expliqué qu’il n’avait « aucun mea culpa à faire, aucun remords, aucun constat d’échec ». Comment analysez-vous cette dernière déclaration ? 

S.H. Cette position est typique de la stratégie des gouvernements : ceux-ci tendent à justifier leurs actions à tout prix, même quand elles sont critiquées ou génèrent une crise de légitimité forte. Après avoir insisté sur l’échec collectif au niveau européen, le président français souhaite maintenant dédouaner son gouvernement. C’est une tactique fréquente de la part des États membres de l’Union européenne.  

La stratégie adoptée par Emmanuel Macron peut payer à court terme, en donnant l’illusion d’un président et d’un gouvernement fort et en maîtrise de la situation. Mais à moyen et à long terme, la méfiance des citoyens risque de continuer à grandir. Être capable de reconnaître les erreurs faites dans la gestion d’une crise est indispensable pour pouvoir renforcer sa légitimité et mettre en place des politiques plus efficaces. Ce qui doit se faire non seulement au niveau national mais surtout au niveau européen. 

ELLE. Pourquoi s’excuser est un exercice difficile dans ce milieu ? Est-ce que les personnalités politiques s’imaginent que c’est un signe de faiblesse ? 

S.H. Il y a clairement un peu de cela. Il est plus fréquent pour les acteurs politiques de rejeter la responsabilité sur d’autres car ils veulent apparaître comme maîtrisant la situation. En fin de compte, les citoyens choisissent leurs gouvernants en supposant qu’ils pourraient résoudre leurs problèmes, répondre à leurs demandes et améliorer leur existence. C’est le message que les acteurs politiques des gouvernements veulent faire passer.  

ELLE. Est-ce que les femmes politiques s’excusent davantage ? 

S.H. Les stéréotypes de genre sont toujours présents dans notre appréhension des comportements des hommes et des femmes. L’une des idées reçues sur le féminin est que les femmes sont davantage prêtes à mettre leur ego de côté, contrairement aux hommes. Ces perceptions influencent notre analyse des comportements des individus et ce, même quand ils évoluent dans un milieu aux codes très spécifiques comme la politique. Dans cette optique, Angela Merkel se serait excusée plus facilement parce qu’elle est une femme. 

Cependant, je ne pense pas que l’on puisse prouver que les femmes politiques se comportent fondamentalement différemment des hommes politiques. Le cadre structurant dans ce domaine spécifique est le même pour tous. Et à cet égard, la défense de l’intérêt (de l’homme ou de la femme politique, de son parti et de ses électeurs), est sans doute le facteur qui influence le plus la rédaction des discours politiques.  

*Sophie Heine est l’auteure de plusieurs ouvrages dont « For a sovereign Europe » (ed. Peter Lang), et « Souveraineté européenne. Réalisme et réformisme radical (à paraître aux ed. Acamadia). 

Le chercheur d’emploi et le recruteur : une relation asymetrique

Sophie Heine

En cette periode de crise, le marche du travail britannique est une jungle encore plus feroce qu’auparavant. Et les agences de recrutement jouant le role d’intermediaires entre les employes et les employeurs sont egalement soumises aux pressions de performance qui affectent tout un chacun dans le monde du travail britannique. Lorsque l’on vient du continent, ou le marche du travail fonctionne tres differemment, et que l’on possede des diplomes europeens, les obstacles pour securiser un emploi stable sont encore plus importants.

Voici un petit exemple du type d’echanges qui peut survenir entre un chercheur d’emploi et un consultant en recrutement (l’echange est basee sur une experience relatee mais les noms des personnes et organisations ont ete modifies).

****

Marie est une expatriee francaise vivant a Oxford. Après une periode de candidatures intense, elle commence a avoir des reponses de la part des agences de recrutement et autres chasseurs de tete. Aujourd’hui, son telephone sonne:

– Hey, Comment allez-vous, chere madame? Je viens de voir votre CV en ligne et j’ai une opportunite a vous proposer. Avez-vous un moment pour parler?

– Euh oui, enfin, elle suis un peu occupee mais bon, allez-y, je vous ecoute.

– Voila, je m’appelleTim et je suis l’un des consultants a Online recruitment. Et je dois vous dire que je suis vraiment epoustouflee par votre CV et vos realisations!

– Ah, merci; c’est gentil…Mais bon mon parcours est aussi un peu trop patchwork…C’est parce que…

– Non non non, votre parcours reflete votre personalite. Vous explorez et vous etes intelligente donc vous avez besoin de changement et de stimulation, n’est-ce pas?

– Euh, oui, sans doute…

– Alors voila: le job pour lequel je vous appelle est deja dans la poche si vous me laissez envoyer votre CV a l’employeur et que vous me laissez vous coacher pour que vous l’obteniez. Deal?

– Je suis interessee mais de quoi s’agit-il?

Le consultant explique alors a Marie pendant cinq longues minutes qu’il s’agit d’un poste similaire a son dernier poste mais mieux paye et avec possibilites de travailler de chez soi. Cela lui semble un peu trop beau pour etre vrai. L’entreprise, specialisee dans les services financiers, est basee a Londres mais se veut flexible a cause de la pandemie, lui dit-il sur un ton toujours aussi enthousiaste, parce qu’elle veut s’assurer de trouver le meilleur candidat possible avec les meilleures competences possibles. Selon Tim, Marie est exactement cette personne.

Elle finit par accepter qu’il envoie son cv car la foi apparente du recruteur en son profil est contagieuse. Elle gonfle le torse apres avoir raccroche et essaie de taire cette petite voix qui lui dit que, decidement, cela semble trop beau pour etre vrai. Apres tout, les recruteurs ont interet a envoyer les cv des candidats, meme si ceux-ci n’ont aucune chance. Et s’ils peuvent leur avoir une interview, encore mieux, car cela leur donne une commission. Mais Tim avait l’air si convaincant que Marie croise les doigts, se disant que, peut-etre parfois, ces gens font du bon boulot.

Deux heures plus tard, Tim la rappelle et lui dit, de l’excitation plein la voix:

– Excellente nouvelle: L’employeur ADORE votre CV. Le manager, James, veut absolument vous parler pour une interview par telephone.

– Ah c’est super … Mais savent-ils que elle n’ai pas d’experience dans les milieux financiers?

– Oui, mais vu votre parcours, intelligence et adaptabilite, franchement, cela n’a pas grande importance.

– A nouveau, l’ego de Marie est si flattee qu’elle tend l’oreille.

– Merci Tim; c’est une excellente nouvelle!

– Je vais vous envoyer tous les documents de preparation sur le boulot, l’entreprise etc; Je le sens bien; vous etes faite pour ce poste.

– Merci!

Marie raccroche le sourire au levres. Elle est faite pour ce poste, Tim le consultant en recrutement le lui a dit. Elle ouvre les documents qu’il lui a envoyes: la description du poste est a moitie du Chinois pour elle. Certes le boulot se rapproche de ce qu’elle a fait precedemment mais il est tout de meme fort different. Quant aux services fournis par l’entreprise, ils sont plus qu’obscurs pour la neophyte qu’elle est en matiere financiere. Mais Tim l’a dit: l’employeur aime son cv; Et il va l’aider a se preparer. La premiere interview est prevue le lendemain.

Marie a memorise tout ce qu’elle pouvait de leur site et de la description du poste et prepare un petit discours pour expliquer ce qu’elle aurait a leur apporter.

Une heure avant l’interview, Tim l’appelle a nouveau.

-Hey Marie, Comment ca va?

-Un peu stressee mais ca va.

-Relax, c’est dans la poche. Je fais ce boulot depuis un moment et quand j’envoie un candidat je sais ce que je fais.

-Ah et je suis la seule a etre intervieee?

-L’employeur ne trouve personne pour ce poste donc il a fait appel a nous et j’ai trouve votre profil; donc, comme je vous le disais, vous etes vraiment bien placee.

Wow…se dit Marie: “Je suis la seule candidate a etre envoyee par Online recruitement…Mon cv doit etre drolement bon dis-donc…” A nouveau elle ignore cette petite voix qui lui dit de se mefier car ce discours n’est pas tres credible; surtout en pleine recession. Mais elle veut y croire et puis, elle a besoin d’un boulot donc n’a rien a perdre…

Tim la coache, comme il l’avait promis. Il lui dit ce qu’elle doit dire au manager qui va l’appeler, lui donne des conseils sur le ton a adopter et les questions a poser. Quand elle raccroche, elle est gonflee a bloc, comlui si elle allait rentrer dans un ring de box.

Son telephone sonne a nouveau: James le manager l’appelle pour la premier interview. La conversation se deroule bien; elle suit la plupart des conseils de Tim, en etant peut etre moins directe et pro-active que ce qu’il lui conseillait et termine l’echange en demandant au manager quelle sera la prochaine etape, comme Tim le lui avait conseille. Il y aura maintenant une interview par video, peut etre suivie d’une derniere etape. James le manager va maintenant faire un court rapport au recruteur qui la contactera directement.

Long processus, se dit-elle. Mais elle a toutes ses chances, Tim le lui a repete suffisamment.

Elle a a peine le temps de regarder ses mails que Tim l’appelle pour avoir tous les details. elle lui donne son impression, plutot positive, Il la felicite et lui dit que des qu’il aura un feedback de James le manager, il la rappelle. Quelques minutes plus tard, sa voix stridante resonne dans son oreille, desormais chauffee par tous ces echanges telephoniques:

– Felicitations, chere Marie; James, vous adore; Il vous adore!

– Ah c’est bien ca…Tant mieux!

– Donc premiere etape de passee; Achetez vous une bonne bouteille de vin pour celebrer! Je vous envoie les details pour le video call par email demain et vous appelle avant !

– Merci mais pourquoi un video call?

– Oh il veut juste mettre un visage sur une voix, c’est une simple formalite; une dizaine de minutes, pas plus…

– On a couvert la plupart des sujets donc…

– Oui ce n’est pas pour le fond; juste pour avoir un echange de visu

– Ah, d’accord…

– Allez, celebre bien ce soir, hein?

Mmmh voila qu’il est passe au tutoiement; apres etre passe de “madame” a Marie…En plus des messages whatsapp et appels intempestifs, cette familiarite typiquement anglo-saxonne l’exaspere. Et puis c’est quoi ce besoin de video call juste pour la voir mais sans vraiment parler du fond? Cela n’a pas de sens…Mais bon, elle a besoin d’un boulot; Donc, courage et determination, se dit-elle.

Le lendemain, nouvel appel de Tim pour preparer le video call (il n’y a rien a preparer puisque l’on ne va pas parler du fond, lui repete t il); Ce dernier se passe bien. elle decide d’utiliser l’echange avec le petit monsieur rond qu’elle voit sur la video webex pour poser un tas de questons sur l’entreprise et les possibilites de carriere. Le manager lui repond en details et elle finit l’echange en lui demandant, comme le lui a recommande Tim, quelle sera l’etape suivante. Apparemment, plus elle est pro-active plus cela marche, donc elle suit le conseil. Le manager lui repond qu’elle devra maintenant faire une presentation. Elle repond positivement, evidemment, mais, a l’interieur, elle bouillonne. Pourquoi ne lui ont-til pas dit cela plus tot? Une presenation sur les deux premiers mois du boulot, et a londres en plus! Son telephone sonne a nouveau.

– Hey, bravo Marie! James vient de m’appeler. Tu as encore passe le deuxieme test haut la main!

– Merci, Tim; Il m’a parle d’une presentation…

– Oui, demain, a 11h, East london…Juste quelques slides tres generaux sur ce que tu ferais dans le boulot les deux premiers mois…Je vais t’envoyer une presentation type d’un autre candidat pour un boulot similaire…

– Demain a 11h a East London? C’est deux heures de trajets a l’heure de pointe..Et je n’ai que quelques heures aujourd’hui pour preparer cela..Ca va etre juste…

Le ton de Tim devient tout a coup plus cassant.

– Marie, ils ont trois autres candidats …

– Je pensais etre la seule?

– De notre cote oui …pour l’instant

La menace est claire.

– Ok Tim, je comprends; est-ce que les frais de trajet seront rembourses?

– Pardon? Marie, on est en recession; Il faut montrer un peu plus de motivation que cela…

– Ben oui Ok mais c’est cher le billet pour londres a cette heure la…Et je me demande si vraiment j’ai des chances d’etre selectionnee…

– Ecoute, Marie; je vais te parler franchement: si tu ne vas pas a l’interview, je ne touche pas mon argent; Et si tu n’as pas le poste, je touche beaucoup moins…Donc c’est dans notre interet a tous les deux que tu fasses un petit effort, non?

– Oh, oui bien sur; ok pas de probleme,,,

Elle raccroche plus sechemennt qu’elle ne l’aurait voulu; si elle n’y va pas il ne touche pas son argent? Mais quel type d’argument est-ce? Pourquoi l’employeur ne peut il pas etre flexible sur le jour de la presentation? Elle n’est pas un pion ni un robot apres tout; Elle n’a que quelques heures…Et le trajet coute vraiment cher. Elle est choquee aussi par le changement de ton du consulant. Jusque la, une part d’elle, certes un peu naïve, pensait qu’il voulait sincerement l’aider; Mais, bien sur, il a ses propres indicateurs de performance a respecter et sans doute des commissions en plus de son salaire.

Elle ouvre ses mails et la, elle reste sans voix. La presentation que Tim lui a envoyee en exemple pour le meme secteur est pire que du charabia. Des graphiques, des chiffres, du vocabulaire specialise; Une dizaine de slides totalement incomprehensibles… Jamais elle ne pourrait construire une telle presentation en quelques heures. Apres tout, elle ne connait pas ce domaine.

Et puis, soudain, la verite l’assaille : jamais elle ne pourra obtenir un tel poste. Il y aura forcement un candidat qui connaitra reellement le domaine ou, en tout cas, mieux qu’elle. Elle est simplement sur la liste pour que ce consultant fourbe puisse toucher sa commission. Envahie par une colere irrepressible, elle rappelle le recruteur.

– Tim, bonjour, c’est Marie

– Oh salut, tout va bien avec la presentation? James est impatient de te voir a l’oeuvre.

Que cette familiarite l’exaspere…

– Euh, en fait, non, j’ai quelques soucis IT et c’est vraiment tres court comme temps de preparation. Et puis, pour etre honnete, le fait que le trajet n’est pas pris en compte et…

– Pardon? Tu ne vas pas me laisser tomber maintenant? Apres tous les efforts que j’ai faits pour te faire arriver a ce stade..

– Ah…je croyais que mon profil etait excellent et qu’ils avaient adore mon cv…Ce n’etait pas vrai?

– Bref, ce n’est pas la question. Tu vas a l’interview finale, oui ou non?

Mais enfin, pourquoi lui parler sur ce ton? Elle garde tout de meme son libre arbitre dans cette recherche d’emploi.

– Tim, je pense, surtout apres avoir vu le contenu de la presentation type que j’ai recue, qu’il y aura quelqu’un de plus qualifie pour ce poste. Londres c’est grand tout de meme…et je n’ai jamais bosse dans le domaine

– Je n’en reviens pas; Incroyable…

Le ton de Tim monte et il crie presque dans le telephone:

-Tant pis pour toi…De toute facon, j’ai envoye une autre candidate pour demain egalement, comme back up;

– Quoi?

C’est a Marie de se mettre en colere.

– Et quid du discours sur le fait que votre agence ne m’envoyait que moi? C’etait du pur mensonge n’est ce pas? Soyez honnete, je n’ai aucune chance d’etre selectionnee et les autres candidats ont des annees d’experience dans le domaine: n’ai je pas raison?

Le silence a l’autre bout de la ligne en dit plus long qu’une reponse elaboree.

– Je vois; j’etais juste une candidate sur la liste, que vous envoyez aux feux sachant que, objectivement, je n’avais aucune chance d’obtenir le poste; Pour recevoir votre precieuse commission, n’est-ce pas?

– Ah la la, Marie…Ce sont les regles du jeu dans le recrutement et la recherche d’emploi est une vraie bataille pour l’instant; Donc, il faut accepter de jouer selon les regles; et puis personne ne sait qui sera finalement choisi par l’employeur…

– Mais enfin. l’employeur ne va jamais choisir la candidate la moins competente… N’est-ce pas le BABA du recrutement? Et mentir aux candidats et leur faire perdre leur temps, cela fait partie des regles du jeu aussi? Heureusement que je me suis reveillee a temps.

Elle raccroche brutalement, ne laissant pas le temps au consultant de lui servir un nouveau baratin. Elle soupire et essaie de se calmer. Combien d’heures a-t-elle pedu a cette candidature? Comment a-t-elle pu etre aussi stupide et se faire berner par ce recruteur? Parce qu’il l’a aveuglee par son baratin, sa flatterie et son charisme; parce qu’elle ne saurait comment se plaindre de son comportement ni a qui. Et parce que, ayant terriblement besoin d’un emploi, elle voulait aussi croire a tout ce qu’il lui racontait.

****

Le marche du travail brintannique est fluide et dynamique : le taux de chomage est dans ce pays globalement moindre qu’en Europe continentale. Mais les postes disponibles sont souvent moins payes que les allocations de chomage dans les pays europeens aux systemes sociaux les plus genereux. Les emplois sont beaucoup moins proteges, les travailleurs soumis a des pressions de performance quantifiees (via les fameux “Key Performance Indicators”) et jouissent de nettement moins de droits sociaux – certains postes ne sont pas accompagnes de conges maladie, par exemple – et la recherche d’emploi est une jungle sans merci. Le filet de securite social cense aider les demandeurs d’emploi est si maigre que la plupart des personnes sans emploi acceptent juste ce qu’elles trouvent. En l’absence de services sociaux aidant efficacement les chercheurs d’emploi, les agences de recrutement privees devraient, en theorie, jouer un role positif a cet egard. Toutefois, soumis a des pressions de performance egalement, les recruteurs cherchent avant tout a envoyer des CV et des candidats a des interviews plutot qu’a faire en sorte que ceux-ci trouvent un poste adequat. Triste realite contre laquelle il faut s’armer et s’endurcir.

Être ou ne pas être une mère…

Sophie Heine

Les défis et contradictions de la maternité et du travail dans la jungle britannique

Une mère triste et une mère en colère

Lors d’une sortie récente au parc avec ma fille, je fis l’effort d’échanger avec les autres mères présentes avec leurs enfants (Et oui, peu de père jouent dans les pleines de jeux avec leurs enfants en pleine journée…).

La première maman avec qui j’échange ce jour là a un très bel accent irlandais. Elle m’explique, tout en aidant sa petite fille à grimper dans une petite maisonnette en bois, qu’elle est ravie de s’occuper à temps plein de ses enfants. Le plus grand, à quatre ans (!!!), vient de rentrer à l’école et il lui manque déjà. Elle me raconte qu’elle a grandi en Irlande, élevée par une mère au foyer de cinq enfants et qu’il est donc normal pour elle de s’occuper de ses enfants.

Bien habillée et les cheveux lissés, elle a l’air relativement reposée pour une maman à temps plein de deux jeunes enfants. Je lui parle brièvement de ma propre recherche d’un équilibre entre boulot et enfants, lui explique que je viens d’un pays ou les femmes retournent travailler quelques mois à peine après avoir accouché, ce qui explique que beaucoup de bébés rentrent tôt à la crèche et même à l’école (au Royaume Uni, l’école gratuite n’est qu’a quatre ans et les crèches sont seulement privées et extrêmement chères). Ses grands yeux bleus me regardent avec un effroi mêlé de curiosité. Je lui explique que, selon moi, les mères ici semblent coincées, quel que soit le choix qu’elles font. Elle ne m’écoute plus que distraitement et commence à s’éloigner avec sa petite. Elle me jette un regard imprégné d’envie et me dit : « au moins quand vous travaillez, vous avez votre propre argent et vous aimez votre boulot ». Je lui réponds que, franchement, les boulots que je trouve dans ce pays sont loin d’être passionnants et ne justifient pas à mes yeux le coût exorbitant de la crèche. Mais la distance entre nous s’est creusée et semble être devenue infranchissable.

Elle se rapproche de sa fille et moi de la mienne. Avant qu’elle n’ait pu mettre une distance radicale entre nous, je lui recommande de faire attention aux billets qui dépassent de sa poche et sont sur le point de tomber. Un large sourire aux lèvres, elle me répond légèrement : « Oh, merci ! Mon mari me tuerait… ». C’est à moi d’être choquée car le franc vient de tomber : cette femme peut s’occuper a temps plein de ses enfants parce que son mari gagne suffisamment d’argent et peut-être même qu’il lui en donne… Je lui fais un petit sourire forcé et nous nous concentrons à nouveau chacune sur nos enfants, quant à eux ravis d’avoir à nouveau toute notre attention.

Des pensées tourbillonnent dans mon esprit et de l’envie m’assaille pendant que je continue à jouer avec ma petite. Puis, de loin, j’observe la maman irlandaise. A-t-elle l’air heureuse ? Elle pousse sa fille sur la balançoire et, en même temps, regarde avidement son téléphone. Son visage est tendu et elle ne sourit pas. Ne devrait-elle pas être joyeuse de passer tout ce temps avec sa fille sans aucun souci matériel pesant sur elle comme une épée de Damoclès? Pourquoi a –t–elle l’air si écrasée par le poids de l’existence ? Peut-être son mari n’est-il pas quelqu’un de bon, peut-être a-t-elle d’autres problèmes ou peut-être cet air triste vient-il tout simplement de son sentiment d’enfermement ou de manque d’autonomie? Apres tout, s’occuper d’enfants à temps plein limite fortement les possibilités d’épanouissement individuel.

Je suis sortie de mes pensées par l’agitation créée par une tension entre un petit et ma fille voulant attraper la même corde. La maman, un bébé dans les bras, vient aider son fils à grimper. J’écarte ma fille et lui explique que ce sera son tour ensuite. Comme la maman aux cheveux défaits me semble chaleureuse, je décide de faire la conversation. Elle m’explique d’une voix aussi vigoureuse que ses bras qu’elle a trois enfants : mise à part ces deux petits, l’aîné vient de commencer l’école. « C’est tellement plus simple avec deux ! », me dit-elle. Je lui fais part de mon admiration et parle un peu de mon autre fille et de sa dynamique avec sa sœur avant que, rapidement, la conversation ne commence à toucher, à nouveau, des sujets plus sérieux. Alors que l’on évoque la question de l’autorité et des punitions si difficiles à mettre en œuvre, la maman aux cheveux fous me dit avec fougue : «  Ce sont toujours nous, les mères, qui devons être fermes ; les pères ont le beau rôle : ils jouent avec leurs gosses et puis s’en vont !». Je mentionne que cela dépend de qui travaille à temps plein mais elle est maintenant lancée : « Nous les femmes faisons toujours plus. Dans les taches domestiques, avec les enfants…On fait tellement plus que les hommes ». Elle souffle et soupire, comme pour laisser sa colère s’en aller mais en vain.  J’approuve ces paroles féministes tout en surveillant ma fille de loin. Pendant qu’elle frotte vigoureusement les mains de son fils avec du liquide anti-bactérien, j’observe son bébé qu’elle a posé dans l’herbe. Il est déjà bien assis et a découvert les feuilles d’automne qui commencent à joncher le sol. Il me regarde de ses grands yeux déjà si éveillés.

La maman le reprend vivement et on continue à parler. Je lui explique brièvement mon expérience ici et elle m’écoute d’une oreille distraite. Je lui fais part de mon indignation quant au fait que les femmes au statut d’indépendantes n’ont quasiment aucun paiement de maternité, alors que la situation des mères employées est bien meilleure. Entre-temps, la maman triste est partie et je n’ai même pas eu le temps de lui dire au revoir. Je continue à parler à la maman en colère. Elle est maintenant assise à cote du tourniquet et donne des fruits à ses enfants. Je joue avec ma fille, tout en continuant à discuter. Je finis par lui demander si elle travaille et dans quel domaine. Et elle me répond qu’elle est docteure et, plus précisément, chirurgienne. Je la regarde avec admiration et lui réponds : « Je suis docteure également mais en sciences politiques ; ce qui ne mène pas à grand-chose, en tout cas quand la spécialisation est les études européennes et qu’on est au Royaume Uni ». Comme j’ai suscité son intérêt, notre conversation se poursuit.

Cette mère là est en colère parce qu’elle comprend les sources de son insatisfaction. Elle avait l’habitude d’être une femme de carrière et se retrouve maintenant mère au foyer. Malgré le bonheur qui transparaît quand elle s’occupe de ses enfants, elle bouillonne d’indignation et de colère à l’idée de ne pas pouvoir revenir plus vite à une carrière florissante et valorisante.

Je voudrais continuer à converser mais ma fille est fatiguée et fait mine de vouloir rentrer. Un monsieur approchant à grands pas se permet de me faire la leçon : « Madame, votre fille n’a pas l’air contente », me dit-elle les sourcils froncés. Et il interpelle l’autre maman concernant les sacs de jouets qu’elle a laissés sur un banc. Si la maman en colère est britannique, elle a la peau foncée et j’ai un accent francophone indubitable. Est-ce pour cela que cet homme se permet de nous parler sur ce ton? Ou simplement parce qu’il est un homme et que nous sommes de femmes? Bien que ce monsieur ne soit qu’un simple gardien, son ton d’autorité, tel un rappel a l’ordre, nous fait toutes deux sursauter et installe le doute dans notre esprit: serions-nous de mauvaises mères parce que nous nous autorisons à avoir une discussion d’adultes ? Mais malgré mon indignation, je suis trop fatiguée pour réagir et je sais par expérience que cela ne sert a rien. Je prends donc congé de la maman aux cheveux sauvages, lui disant que ma fille doit maintenant faire une sieste; elle me demande si je viens souvent à ce parc. Je réponds par l’affirmative mais, trop occupée a installer ma fille sur ma bicyclette, j’oublie malheureusement de lui demander son numéro.

Alors que je roule à vélo et profite des doux rayons automnaux, je repense à ces conversations. En à peine une demi heure, nos échanges ont porté sur des sujets très personnels et révélé nos défis communs mais nous n’avons pas réussi à véritablement connecter. Peut-être l’envie et la comparaison nous empêchent-elles de nous rapprocher ? Et pourtant, nous vivons les mêmes défis et les mêmes contradictions. Nous sommes tiraillées entre notre amour pour nos enfants et notre besoin d’émancipation personnelle.

Stratégies individuelles dans un contexte difficile

Je parviens à garder ma fille éveillée jusque chez moi puis l’installe pour sa sieste, un moment béni de la journée pour toutes les mères de jeunes enfants. Je décide de prendre l’air sur le balcon et en profite pour saluer ma voisine. Cette mère de deux petits est aujourd’hui resplendissante, maquillée et vêtue de rose des pieds à la tête. Apres de brèves salutations, elle me dit, le sourire aux lèvres : « Tu sais que j’ai commencé à travailler de chez moi ? ». Elle m’explique en détails le business en ligne auquel elle participe quand sa fille aînée est à l’école et que le plus petit fait ses siestes. Je ne l’ai jamais vue aussi vivante. Désormais mère et travailleuse, elle n’a l’air ni triste ni en colère mais épanouie. Elle ne renie pas son identité de mère mais parvient malgré tout à générer des revenus et à avoir une identité professionnelle.

Ici, au Royaume Uni, les frais de prise en charge des enfants sont tellement énormes que beaucoup de femmes finissent par « rester a la maison » pendant les quatre premières années de vie de leurs enfants. Cela fait long, surtout si elles en ont plusieurs, et les rend aussi dépendantes du revenu de leur conjoint ou de la très maigre aide sociale qu’elles reçoivent éventuellement. Une solution loin d’être idéale du point de vue de l’émancipation féminine. A long terme, la solution est évidemment que davantage de pères sacrifient une partie de leur carrière pour leur progéniture, de créer des crèches gratuites ou financièrement accessibles et de faire rentrer les enfants à l’école beaucoup plus tôt (comme c’est le cas dans de nombreux pays du continent). Mais que faire à court terme et sur le plan individuel ? Les mères mettent en place leurs propres stratégies de survie. Malheureusement, celles-ci sont souvent isolées, chaque mère se trouvant dans une situation différente des autres. Des échanges réguliers et structurés permettraient de mettre en évidence les nombreux points communs de leur vécu respectif.

Sur le plan individuel, la solution se trouve souvent dans le juste milieu. De fait, les deux extrêmes encore trop souvent expérimentés par les femmes conduisent a de l’insatisfaction ou a de la dépression. La femme de carrière qui travaille a temps plein, fait des trajets éreintants, voit à peine ses enfants et dépense une énorme partie de son salaire en garderies et en crèches est rarement épanouie. Ce schéma, fréquent sur le continent, existe également au Royaume Uni pour les femmes très diplômées. Mais l’autre extrême de l’enfermement dans le foyer et de la dépendance financière vis-à-vis d’un conjoint, souvent pour celles qui ont moins de possibilités de professions rémunératrices, peut facilement mener à un oubli de soi très délétère. La solution intermédiaire qui permettrait et de voir ses enfants régulièrement et d’avoir une carrière indépendante serait évidemment l’idéal. Ceci serait possible par le mi-temps si vénéré à court terme et la réduction du temps de travail pour tous à long terme.

Au service d’autrui ou à l’écoute de nos propres besoins

Les femmes sont habituées à donner et à servir les besoins d’autrui. La plupart des clichés définissant le féminin – empathie, maternité sacrificielle, importance accordée à l’apparence, douceur, etc – peuvent être résumés par le concept d’objectivation au sens large : au lieu d’élaborer et de suivre leurs propres objectifs, les femmes sont bien souvent les instruments des buts d’autrui[1]. Cela se traduit par du service aux autres au sein du foyer, dans la famille en général et aussi au travail. Ce n’est pas un hasard que tant de positions visant a répondre aux besoins des autres (service au client, soins, santé, prise en charge des enfants et personnes âgées, éducation) soient tellement occupées par des femmes. Les attentes pesant sur les comportements des femmes expliquent aussi pourquoi, même quand les femmes occupent des positions de décision ou de leaderships, elles écoutent beaucoup les besoins d’autrui. Souvent présentée par les conservateurs comme une qualité intrinsèquement féminine, cette caractéristique est en réalité souvent une source d’enfermement pour les femmes. Au lieu de s’écouter elles-mêmes, elles semblent écouter les autres. Leur capacité a suivre leur propre intérêt parait souvent oblitérée par le sentiment d’obligation qu’elles ressentent vis-à-vis des autres. Même si l’on peut montrer dans quelle mesure la socialisation crée ou renforce cette perception, il nous faut admettre qu’elle est ancrée dans la plupart des esprits. Cela justifie l’abnégation des femmes, y compris, celles de carrière et permet de justifier la fameuse « double journée » – prise en charge des enfants après et avant leur journée de travail.

Exiger des femmes, comme le font certaines féministes, qu’elles se comportent en sujets totalement autonomes du jour au lendemain relève de l’illusion la plus profonde. Il faut partir des individus tels qu’ils sont, y compris quand ils ont été influencés par une socialisation particulière. Il faut aussi admettre que, les femmes étant malgré tout des êtres humains (Et oui ! Sorry pour les machos sexistes et masculinistes…), leur instinct égoïste est évidemment toujours présent. C’est ce qui explique que leur abnégation les rend rarement pleinement heureuses et satisfaites. C’est aussi cet égoïsme sain et naturel qui les incite à trouver des stratégies pour marier leur intérêt propre et leur perception d’elles-mêmes comme étant avant tout à l’écoute des besoins d’autrui. Dans toute stratégie d’émancipation – individuelle et collective – un compromis entre ces tendances est donc indispensable.

*****

Je sors de ma rêverie sur le balcon car ma petite s’est réveillée. Elle me regarde de ses grands yeux marrons et me tend les bras pour avoir un câlin (“a big hug!“), me remplissant le cœur d’une douce et intense chaleur. Je soupire et la serre très fort. Certaines contradictions ne peuvent tout simplement pas être mises en mots.


[1] Sophie Heine, Genre ou liberté. Vers une féminité repensée. Academia, Louvain-La-Neuve, 2015, https://www.amazon.fr/Genre-ou-libert%C3%A9-Sophie-Heine/dp/2806102073/ref=sr_1_5?dchild=1&qid=1601548447&refinements=p_27%3ASophie+Heine&s=books&sr=1-5 .

Beyond the Lockdown: A few Reasons to stay optimistic

The United Kingdom has been in lockdown for a few weeks because of Covid-19. The National Health System is overwhelmed. The Prime minister is in hospital. The streets are empty and more and more people have started wearing masks or scarves when they go out. Parks are still open and feel like the only breathable escape for people who live in flats. People are allowed to go out only briefly, for shopping, exercise or essential work. Therefore, most of us spend a big part of their days indoors, homeworking, supporting our children’s home-schooling or looking after babies and toddlers.

In this context, anxiety, anger and fear are widespread feelings. We feel anxious because we do not know how long this nightmare is going to last; angry because we do not understand why we, ordinary citizens, have become the only efficient public policy to stop the spread of this pandemic; what about speeding up the development of treatments, medicines and a vaccine? We are also angry that the members of the medical staff have to risk their lives to treat such a huge amount of people in such a short space of time without the appropriate material, treatments and protective gears; and of course we are afraid to get sick or to see our closed ones catch the disease.

Nonetheless, is there any reason to not fall into despair? I do think that there are also reasons to remain optimistic in the short and longer term and at the individual and collective levels.

On a micro level, we now have to enjoy simple things that we normally neglect because of or busy lives: spending more time with our children and spouses, focusing on the simple aspects of live, do more sport, games and spend quality time in gardens or parks in a much less polluted environment thanks to reduced activity. We have stopped commuting to work, stuck in traffic or crowded public transport. Besides, noisy and stressful open spaces have been replaced by working at home for most. Certainly, kids around your work space can be stressful but it is definitely not as draining as the commercial atmosphere most of us work in.

On a macro level, there might be long term positive consequences from this crisis after the obvious collective damage it will have caused. First of all, governments have had to act extremely fast to invest resources in the public health systems and other parts of the economy. This move has now been partly coordinated at the European level. Public institutions have also had to take measures to compensate for the detrimental social impact of this crisis on individual incomes. In that respect, the economic unemployment put in place by the British government could be a huge change for the currently very weak social system in this country. This has happened regardless of the ideological colour of the governments in place.

Even when this crisis is over, political actors might also realise that they can no longer postpone the deepening of supranational cooperation in order to deal with pressing global challenges. With a European sovereign government, managing such a crisis would be much smoother: a sovereign macro-economic policy would alleviate its negative economic impact; a proper management of borders and immigration policy as well as a security union would make it easier to control the flow of people; and if such European government were not only sovereign but also democratic and submitted to the rule of law, such policies could gather the agreement of a majority of citizens and be checked and balanced in order to curb any power abuse (for more on this, see my book “For a sovereign Europe”, Peter Lang, Oxford, 2019; https://www.bing.com/videos/search?q=sophie+heine+youtube+for+a+sovereign+europe&docid=607993199218592952&mid=2F8DBE2674C8D1987BC82F8DBE2674C8D1987BC8&view=detail&FORM=VIRE).

These positive outcomes are not predictions, mere possibilities. Rather than following a determined path, human history results from a combination of factors: long term structures that set the context we have to deal with but also contingent institutions and policies put in place by human actors. It is in this second dimension that collective agency can be deployed, since these institutions and policies are the result of a battle of interests and ideologies. If interest cannot be totally subsumed under ideologies, they are often the ground on which the battle of ideas unfolds. These interests are of course very much framed by overall structures imposing themselves of us in the short term – economic, ecological and sanitary – but the discourses and ideologies articulating these interests help shape and make sense of them.

In these unprecedented times, the structural dimension – both sanitary and economic – is a constraint we cannot escape in the short term but the policies and institutions dealing with them are however more flexible : they can be changed to reverse what seems like an inescapable course of events. However this cannot be done at the level of States sonly. this is why we desperately need a properly sovereign government at the European level and, one day, a world government. This last objective is more likely to be achived by the collaboration of several supra-regions.

If social and political actors seize this opportunity to elaborate a mobilising discourse around the notion of European sovereignty, this could be the key to rebuild political agency. the demise of effective national sovereignty that has taken place over the last decades has not been compensated by the creation of sovereign power at supra-regional level. Yet, without sovereignty, political agency only becomes a demagogic fiction.

Sophie Heine

Dr in Politics

Author and consultant

Email: sophie.heine@yahoo.com

The Hardship of “Working families” or how fathers and mothers are in practice becoming more equal

Living or just surviving? That is the question

Numerous feminists have deplored the challenge represented by combining full time employment with housework and raising kids. The famous argument goes as follows: financial liberation and proper fulfillment require women to have their own career. But full time work does not mean rest before and at the end of a hard working day. Women still have to assume a lot of chores and childcare, on top of their daily employment. This actually leads to taking on two jobs: for an employer and at home. For many feminists, the response is straightforward: the abolition of gender stereotypes will lead to gender equality, which will in turn liberate women.

This argument is generally too simplistic (1) but for our current topic the problem is the following: in more and more current households, men and women do share a lot of the childcare and domestic chores. This is often out of necessity rather than because of a disappearance of gender stereotypes. Unable to pay for a stay-at-home nanny or a cleaner, one parent often accomplishes chores when the other is still at work or busy dropping or picking up the kids. Therefore, the ‘working poor’ are reaching more gender equality in those everyday tasks. But this is mainly because their equally difficult material situation forces them to both bear the burden of domestic tasks. Even if gender biases persist, practices are evolving.

In other words: in many households, not only do fathers and mothers work full time but they also clean, tidy, wash up and look after their kids. Both fathers and mothers wake up at night to comfort and feed their babies, both play with their kids, feed them and dress them. Both of them clean, tidy, commute, drop their kids to school or expensive nurseries, then go to work, respond to demanding business targets and accomplish the tasks required by their positions. At the end of a tiring working day they then pick up their kids, come back home exhausted and still have to, again, clean, tidy, play with their tired kids, feed them and finally put them to bed… This is the average day of an average “working family”.

These working parents do not earn enough to live well, travel to comfortable holidays or buy expensive cars. They just work to pay the rent or mortgage, food, clothes and childcare. Maybe they will get indebted in order to enjoy one holiday a year in the sun or get a brand new car. Rather than properly living, they work to enrich the stakeholders of their companies and to pay other people to look after their children.

In theory, the solution seems simple: end austerity, invest in free or accessible childcare, increase wages, create career progressions, cap the cost of accommodation, build more affordable homes and reduce the working week. Among other things (2).

But what about the short to medium term? How can working families find a better balance within the existing unjust structures?

A potential solution is to focus on living rather than just surviving. This would require negotiating higher wages or homeworking whenever possible. When none of these avenues is possible because of a lack of bargaining power, then why not envisage a radical change of lifestyle?

Indeed, many parents decide to find a part-time job so that they can save on childcare and spend more time with their children and on their hobbies. The career progression might be less, the wage lower, the holidays and mortgage and credit card possibilities reduced…But this choice gives them the immediate satisfaction of using their time for more meaningful purposes. Cynically, this also reduces the amount of time they spend being exploited to increase the profit gained by a minority. Why not reduce this exploitation to only half or a third of the working week?

This will also allow those brave enough to take that leap to devote some of their creative energy to activities they truly value. Away from the draining, repetitive, and alienating tasks required by many jobs, they will be their own masters, at least a few hours per week. Finally yet importantly, they will get to spend beautiful and valuable moments with their little ones and actually see them grow.

Sophie Heine

Dr in Politics, author and consultant.

Latest book: “For a sovereign Europe”, Peter Lang : https://www.amazon.co.uk/Sovereign-Europe-Sophie-Heine/dp/1789974585/ref=sr_1_1?keywords=sophie+heine&qid=1583930953&s=books&sr=1-1

email: sophie.heine@yahoo.com

References

(1) For a crititicism and alternative to the mainstream approach to gender stereotypes see some of my other publications:

(2) For more on the progressive policy changes that need to be implemented to reach more individual freedom, see my books:

The fight against antisemitism: Avoiding a few common traps

Sophie Heine

In this brief article, I would like to outline a few reflections on how to make the fight against antisemetism more audible. Similarly, to many fights against injustices, this battle is a hard and painful one that can only be won if it is heard, supported and understood by the majority of the population. For that purpose, it might be useful to tackle a few limitations characterising the discourse of those who militate against the scourge of the hatred against the Jews.

Avoiding Dogmatism

First, it is necessary to avoid all dogmatism. Far from being a typical feature of antisemitic discourse, dogmatism can also imbue those who abhor it. This is for instance the case when militants imply, in a defensive way, that all criticism against Israel is necessarily antisemitic. Certainly, considering that Israel, as a state, needs to be eliminated because it would be inherently colonial, racist or evil, is antisemitic; particularly when it is asserted that this supposedly evil character is due to its Jewish nature. However, questioning some of the Israeli policies and institutions should not be labelled as necessarily antisemitic.

A similar dogmatic danger happens when certain categories, considered as more prone to antisemitism than others, are perceived as holistic communities deprived of internal divisions. Instead of endorsing unquestioned assumptions, it is essential to approach reality with a liberal, nuanced and critical mind. This means looking at the divisions characterising social groups, including so-called ‘communities’.

In order to avoid falling in any forms of dogmatism, some useful tools can be borrowed from academia: rigour, referencing, the comparison of contradictory sources, logical reasoning, a combination of deductive and inductive approaches, constantly testing subjective postulates and assumptions, highlighting one’s own subjective beliefs, admitting that they can influence our research and using the adequate methodological tools to protect ourselves against such biases1.

Positive message and Alliances

Secondly, it is indispensable to complement the fight against antisemitism with a constructive and propositional message. Indeed, only projects that combine a deconstruction of injustices and a set of alternatives are likely to convince broadly. Purely negative messages usually do not go very far. They need to be complemented by a positive discourse on what should be done to improve society. This is, in many ways, a much harder enterprise than a purely critical approach: in order to build an alternative message to antisemitism, one needs a project
about what a just society would look like. This inevitably leads to broader questions on equality, freedom, identity, democracy, sovereignty and so many more key concepts in the debate on justice.

Thirdly, elaborating an alternative discourse also means asking the question of alliances with other oppressed groups: does it make sense to focus exclusively on the fight against anti-Semitism or should one not also embrace struggles against all forms of discriminations? This means that militants against anti-Semitism should establish a more dynamic dialogue with those who denounce other forms of racism and gender domination, among other things. This could also help avoid some of the dogmatic traps mentioned above by contributing to more nuanced discourses. Building such alliances would be both strategically useful and normatively desirable.

Away from communitarian biases

Fourthly, it is vital to highlight how the irreducible diversity among Jewish people contradicts the communitarianism pervading this debate. In other words: not all Jews share the same ideological, axiological and normative beliefs; they do not share the same interests either.

Postulating that there is or should be a general unity within the Jewish community on
interests, norms, values, ideologies and identity comes down to falling into the communitarian trap often denounced in the adversaries’ discourse. Communitarianism indeed supposes that there is or should be a community of beliefs, interests, values and norms among those who allegedly share the same identity2.

It can go further and become political when it also assumes that political legitimacy has to rely on this common identity. Those who believe that Israel’s main legitimacy derives from a particular Jewish identity adopt this communitarian approach. Even when this identity is accepted as plural, open and democratic, supposing that it is the main ground for legitimate institutions is a sign of political communitarianism.

Of course, when a “community” has suffered from oppression or discrimination, this position is often understandable. It does not mean that this is the most effective way of reacting against potential new discriminations. Instead, it carries the risk of creating a mutually reinforcing dynamic of identity politics.

It would be much more fruitful to open up the debate to other important topics, related to values, interests, norms and beliefs; although the result might be surprising and the new alliances created unsettling, it might be worth trying. In that endeavour, one needs to stress the role played by selfish motives in mobilisations along more selfless drives3.

At the end of the day, communitarianism is harmful not only when racist people defend it. It can also be harmful when it imbues the discourse carried by victims. More precisely, it tends to create an “us versus them” opposition in which the “us” is valued over others and in which the ‘them’ or the ‘others’ are devalued. Yet, it is much easier to mistreat the members of a devalued community. This also tends to prevent internal criticism since the entire community is grasped as a coherent whole, erasing other relevant divisions. This can lead to various dangers and instrumentalisations – leaders justifying their policy in the name of the interest of the community or denying minorities or individuals certain rights and freedoms. Instead of an insistence on intrinsic links between identity and militancy or political legitimacy, it would be fruitful to embrace a clearly cosmopolitan approach4.

To sum up my argument: being against antisemitism is a noble cause but is not a project that everyone can easily relate to: and in order to be effective, it needs to persuade the majority. This requires getting rid of all forms of dogmatism and simplistic and unquestioned assumptions, complementing its critical part with a positive, alternative message, building alliances with other oppressed groups and overcoming all strands of communitarianism.

Notes
1 See the seminal definition of “axiological neutrality” given by Max Weber in Le savant et le politique, Ed
10×18, 201
2 For a more detailed discussion of the various forms of communitarianism and their dangers, see: Chapter 2
in Sophie Heine, For a sovereign Europe, Peter Lang, Oxford, 2019.
3 Sophie Heine, “Social Change in Progressive Thought: Analysis and Propositions», Journal of Political
Ideologies, Vol 7 (3), Oct 2012; Sophie Heine Pour un individualisme de gauche, J.C. Lattès, Paris, 2013.
4 For a more detailed discussion of this concept, see: Sophie Heine, “The dangers and Inanity of (Euro-)
Nationalism: From Communitarianism to Cosmopolitanism, Egmont Paper 77, 2015; and Heine, chapter 2,
For a sovereign Europe, op.cit.

This feeling of “lost and found”

How you can find yourself again in a foreign land

As I was cycling in the streets of Oxford on a beautiful and sunny Sunday, admiring the magnificence of the colleges, a familiar feeling pervaded me: this feeling of “lost and found” that so often happens when you are not living in a familiar place.

As an immigrant in a foreign country, you often have this utterly disagreeable impression that you are lost and have lost your friends, family and familiar references. Of course this impression is heightened by certain particular circumstances – This would be a euphemism to say that the current United Kingdom is not particularly welcoming to foreigners.

When you have to abide by incomprehensible rules and expectations and when you do not understand why people laugh at ridiculous jokes, you feel lost. When you feel crushed by absurd and alien governmental regulations, you feel lost. When you eat a stuffed turkey, chutney or the greasy ‘fish and chips’ or when a sales assistant gives you a ‘thank you, love’ just because you have paid for your items, you feel lost.

When your heart is gloomy, but you are unable to connect to your friends “back home” , when you are overwhelmed by joy but have no meaningful contacts to share it with, you feel lost; when you hear about the happy and sad moments of your remote friends and relatives but cannot jump on a eurostar to talk to them or hug them, you feel so lost.

Does falling in love make the strangeness of the foreign land subside? Love does make us happy, a lot of the time. But it can also increase alienation when it occurs on unfamiliar grounds. It sometimes lead to oblivion of the self rather than to self-recognition. Love is a complex place, where we do not only discover who we are but where we can also get lost. In passionate love, in particular, the risk is to lose ourselves and to even just lose, full stop. This, of course, specifically applies to women, whose tendency to satisfy their ego and identity often disappears behind the tendency to satisfy the needs of others.

But, somehow, that feeling of finding yourself will happen again – all the more mesmerizing that it usually appears after the opposite sensation: someone says or does just the right thing at the right time or you engage in your favourite activities and that inner feeling of self-recognition arises. Of course, some of the people you would like to share your joy with are not present or reachable, but still: you have found yourself again.

This is the moment you realise that “home” is more a feeling than a territory: it is not about clinging to new friends, a new family or a new job, but about learning to always find yourself again after feeling lost. This might require exceptional strength of character. Yet, who but exceptional beings decide to relinquish the safe comfort of their first homes to live in a foreign country?

So, even in the country of the Brexit, let us embrace, now and again, that unique feeling of “lost and found”. And let us keep the hope that, one day, we will settle in a home that not only makes us feel safe but that also brings us that powerful feeling that we have found who we are and who we want to be.

Sophie Heine
Dr in Politics, Author and consultant
Latest Book: “For a sovereign Europe”, Peter Lang, Oxford, 2019
(https://blackwells.co.uk/bookshop/product/9781789974584?gC=5a105e8b&gclid=EAIaIQobChMIhKDBvtSX5wIVS7TtCh3mpgRYEAQYASABEgIFhPD_BwE)

Jamais deux sans trois…De l’injustice du marche du travail britannique


Si j’en avais le temps, je m’embarquerais dans l’ecriture d’un nouveau roman intitulé “Voyage au bout du marché du travail britannique”. Blague à part: je suis en état de choc. En pur etat de choc. Voila que j’ai été temoin de trois licenciement en a peine quelques mois: celui d’une equipe entière, pour une multinationale qui ne merite pas sa reputation; le mien, pour une entreprise dont je tairai ici le nom; et celui d’un collègue directe et performant pour une agence dont je ne dévoilerai pas non plus le nom.

Le premier m’a tellement choquée que j’ai moi-même demissionné apres quelques mois. Quasiment toute l’equipe dans laquelle on m’engageait se faisait licenciée! Même les managers qui m’avaient interviewée n’etaient plus présent lors de mon premier jour. Ambiance amère et délétère qui m’a poussée a partir.
Le second licenciement dont j’ai ete temoin m’affectait directement. Mais quand je me suis fait congédiée apres un mois d’un poste qui n’utilisait aucune de mes competences, me demandait de me tordre en huit pour parvenir a comprendre les demandes impossibles d’une hierarchie etroite et bornée et supposait quatre heures de trajet par jour, je me suis sentie a la fois mal traitée et soulagée. Mal traitée parce que la dame des ressources humaines m’a annoncé avec un grand sourir, que le patron avait realisé que, finalement, le poste créé pour moi n’etait pas tres utile mais que cela n’avait rien à voir avec le fait que je faisais du bon travail. Soulagée parce que le boulot me déplaisait profondément. Toutefois, o joies du marché du travail britannique, je n’avais pas encore séché mes larmes de colère et d’humiliation que mon gsm vibrait deja des nombreux appels des agences prêtes à m’offrir d’autres postes.


Le troisieme licenciement dont je viens d’etre temoin est d’un tout autre ordre: son injustice est aussi flagrante que son imprévisibilité. L’équipe que j’ai rejoint pour une boite jeune et dynamique semblait soudée et assez saine. Apres ce licenciement surprise d’un de leurs talents les plus performants, je crains que la solidarité ne fasse place à la peur et a la méfiance mutuelle. La personne concernée etait performante sur tous les KPI – pour les non-Anglophones, les KPI ce sont ces ‘Key Performance indicators’ qui rendent la vie des salariés au Royaume Uni terriblement stressante – mais le ‘client’ payant pour le projet estime que ce poste n’est plus une priorité. Trois ans durant, le bon et loyal employé a respecté les regles, faisait toutes ses heures et plus et obtenait des scores magnifiques sur les graphes reprenant tous les indicateurs de performance.


Mais la nouvelle est tombée comme un couperet inattendu. Apres avoir contribué a construire le projet qui l’a nourri pendant trois ans – et a aussi permis de payer d’autres employés, supérieurs et même, des actionnaires – on lui dit qu’il n’est plus utile a la compagnie. Après ces années de bons et loyauxs services, il aura moins de deux mois de preavis. Il n’y a pas de syndicat auquel il puisse faire appel; pas de protection du travailleur autre qu’une minuscule periode de repit. Pire encore: sa residence britannique dépend de son travail. Autrement dit: en perdant son emploi, il perdra aussi, tres probablement, son visa.


Espérons que, pour lui aussi, le téléphone vibrera et que les agences de recrutement lui proposeront moult emplois alléchants. Bien entendu, il a un beau pays dans lequel retourner et une famille chaleureuse qui l’y accueillera a bras ouverts. Mais lui voulait et veut etre en Angleterre. Parce que ce pays, envers et contre tour, continue a faire rêver… Le fait qu’il appartienne a l’un des groupes subissant le plus de xenophobie en Angleterre est-t-il un facteur expliquant sa situation? Il est difficile de ne pas le supputer. Mais le client, l’entreprise et lui-même pretendront que ce facteur n’a nullement joué. Seuls comptent les exigences des patrons et des actionnaires…Un argument sans doute moins honteux en terre capitaliste.


Moi qui suis une Européenne convaincue et immigrée ici sans grande envie et pour des raisons personnelles, je me demande bien ce qui peut encore faire rêver dans cette véritable jungle inhumaine et aux droits sociaux inexistants…


Sonne, téléphone, sonne…

Sophie Heine, Dr in Politics

Last book: For a sovereign Europe, Peter Lang, Oxford, 2019,

https://blackwells.co.uk/bookshop/product/For-a-Sovereign-Europe-by-Sophie-Heine-author/9781789974584

Is working full-time with young kids the new Oppression?

Sophie Heine (Dr in Politics, Author. Latest book: For a sovereign Europe, Peter Lang, 2019)

I was extremely lucky to spend the first year of my second baby almost full time with her: to see her grow, every day, to give her affection, provide for her, feed her, nurture her… It seemed like a particularly long period of time since, coming from the continent, I am used to the short leaves after giving birth.

But recently, I have done the great move of ‘going back to work’ as they say in the UK…As a progressive intellectual, I have of course been influenced by all the feminist views on this topic: to be better treated in society and maybe even aspire to become men’s equals, women have to fully embrace their working lives. Jobs are the path to recognition outside the domestic sphere as well as the most secure way to reach economic security.

Precisely because I know about what work is supposed to bring to female emancipation, it is even more daunting to realise that, instead of welcoming this situation, I actually resent it. Instead of self-fulfillment, I feel only internal emptiness; instead of security, emotional shakiness; instead of energy, depressing apathy…

Of course I see my kids in the evening : I hold them, kiss them, feed them and play with them. And I know that they enjoy having other carers – their dad, their child-minders and the school staff. But none of this sensible reasoning can go against the huge, enormous, painful hollowness I feel inside while I am sat in front of a computer the whole day. After dropping them to nursery and school and on my way to a very interesting job, the only thought occupying my mind is that I should have stayed longer with them.

When I heard that the former company I was working for was organizing a ‘team-playing retreat’ abroad for four days, my first thought was not: ‘wow, great, a free trip to a beautiful destination!’; it was a desperate ‘ how am I going to deal with even more separation from my kids’? But, of course, I could never express such a fear out loud. No-one is supposed to feel sad and empty at the idea of leaving their kids to work for other, very remote, people. Not only are we supposed to be productive, but we are also meant to not complain about the personal sacrifice industrial life demands from us.

Some will purport that when your job is neither alienating nor boring, the sacrifice of not seeing your kids much is worth it. It might be true. At the beginning. But isn’t it equally true that, after the first exciting weeks or months, the same feeling of anxious emptiness risks overhauling us again? I have to admit that this feeling was much less gripping before I became a mother. It is bad enough to waste your time for the benefits of others – because let’s face it: most jobs use our skills, time and energy to enrich a minority – but when we do so at the expense of the precious time spent with our kids, this is a much more difficult sacrifice.

To all working mothers who suffer in silence and put on a brave face every day going to work, pretending they are perfectly fine to leave their kids so that they can ‘use their brains’ , ‘socialize with other adults’, ‘continue learning and developing their skills’, here is a little advice: stop hiding your contradictions and feelings. Just dare to say it out loud: a huge part of us just just wants to spend hours and hours with our kids and work so much less. And to all the fathers who feel exactly the same: please stop being silent and just say so….Absolutely no job on earth is worth tearing us apart from our kids and families.

Sophie Heine

Dr in Politics

New book: “For a sovereign Europe”, Peter Lang, Oxford.

Contact : sophie.heine@yahoo.com

Create your website with WordPress.com
Get started